Parole d'exportateurs : GROIX ET NATURE

News Blog de l'Export

Parole d'exportateurs : GROIX ET NATURE

Parole d'exportateurs : GROIX ET NATURE


Interview Marianne Guyader, DG de Groix et Nature


Qui êtes-vous ?
Groix & Nature est une conserverie familiale et artisanale dont l’aventure a démarré il y a 18 ans sur l’île de Groix dans le Morbihan. Au siècle dernier, l’île fut le premier port thonier pendant plus de 60 ans avec 5 conserveries en activité. Aujourd’hui Groix & Nature est la dernière conserverie sur l’île, née de la rencontre en 1999 entre le maire, Dominique Yvon, et Christian Guyader, chef d’entreprise, passionné de voile et sensible aux problématiques économiques insulaires. Défi fou et challenge humain, nous avons décidé de relancer l’activité des conserves de poissons (rillettes, soupes, spécialités comme l’huile de homard ou le pâté marin) en orientant dès le départ le projet autour de recettes authentiques, qualitatives et novatrices et en privilégiant des circuits d’approvisionnements courts. Nous avons débuté à l’export en 2013 et sommes désormais présents aux Etats-Unis, en Europe, en Asie et au Moyen-Orient et réalisons 10% de notre chiffre d’affaire à l’étranger.


Vous êtes exportateur, qu’est-ce qui vous a poussé dans cette démarche ?
De par notre implantation insulaire, l’export fait partie intégrante de Groix et Nature et nous avions, dès le début de l’aventure, la volonté d’exporter notre production à l’étranger. Penser international crée une vraie dynamique dans une PME et promouvoir Groix et ses savoir-faire à l’étranger nous permettait également de faire rayonner un territoire qui nous est cher. C’est tout l’ADN de Groix et Nature : des hommes, une île, une passion.
Néanmoins, nous avons attendu d’asseoir notre présence en France avant de nous lancer à l’export.


Comment vous êtes-vous structuré pour cela (production, financement, RH, prospection, etc.) ?
Bien sûr, nous avons embauché une collaboratrice en charge de l’export mais dans une PME, tous les postes doivent être orientés vers cet objectif commun.
Nous nous sommes donc adaptés en fonction des marchés ; des normes différentes pour les produits à destination des Etats-Unis, des étiquettes dédiées par pays, des recettes revues pour répondre aux habitudes alimentaires des consommateurs du Moyen-Orient par exemple.
Nous avons souscrit une assurance prospection COFACE qui prend en charge le risque financier de notre développement export.


Quel est votre meilleur et pire souvenir à l’export ?
Notre plus grande fierté restera d’avoir donné de la visibilité à Groix sur la scène internationale grâce à l’huile de homard, une recette inédite que nous avons élaborée sur l’île et qui a été primée par un Gulfood Award à Dubaï en 2012. C’est une énorme satisfaction de se challenger face à une nouvelle culture, un nouveau marché et de voir les efforts de toute une équipe récompensés.

L’export constitue également un formidable levier de développement pour une entreprise comme la nôtre. Nous devons sortir de notre zone de confort et nous adapter très rapidement. Chaque imprévu - des bagages qui se perdent ou des marchandises qui ne sont livrées que quelques heures avant un salon - nous rappelle à quel point nous nous devons de rester souples et innovants.


Comment vous êtes-vous fait accompagner ?
Nous nous sommes énormément appuyés sur Bretagne Commerce International, une association bretonne qui aide les entreprises à tenter l’aventure de l’export. C’est un lieu d’échange et de mutualisation des compétences auquel nous sommes très attachés et où je siège au comité directoire.
Nous avons participé à plusieurs salons et missions de prospection organisés par Business France dont le réseau nous a permis de trouver rapidement relais et acheteurs sur place. Enfin, nous avons été accompagnés par la CCI du Morbihan sur le plan juridique et réglementaire.


Consultez toute l'actualité export des marchés Pêche et Aquaculture !

  • Publié le 18/06/2018
  • Catégorie: Export à l'international